D'UN UNIVERS SURREALISTE A UNE APPROCHE ARTISTIQUE SCIENTIFIQUE

Notre compagnie est née de la diversité d'un collectif. Entre une plasticienne scénographe passionnée de cirque, une metteuse en scène en quête de nouveaux langages et un artiste cherchant à mettre son corps au défi. Mus par l’intime conviction que tout n’a pas été exploré et que c’est en mettant en friction les sensibilités artistiques que nous ouvrirons la voie à de nouvelles écritures. Inventer, rêver.... Nous pensons le spectacle vivant comme un lieu destiné à porter aux yeux du plus grand nombre des propositions artistiques sensibles et audacieuses.

 

 

ENTRE ART ET SCIENCE REVER LE MONDE

 

A corps perdus (création 2015) et Tenir debout, c'est crier toujours! (création 2017) soulèvent déjà un questionnement sur l'homme, son rapport au monde et à sa vacuité "Vivre en équilibre dans un espace en mutation".

Dans Perceptions (création 2019), une narration visuelle du basculement met en question ce que l’on définit comme « le réel » en puisant son vocabulaire visuel dans l’univers de la physique quantique.

 

Dès lors nos recherches portent sur la matière et le mouvement, le vide et la gravité, l’adaptation à la transformation de son propre corps et de l’espace qui le porte, et sur la place de l’homme dans le monde et ce qu’il en perçoit et en comprend.

En outre, nous souhaitons aller plus loin en proposant des créations non plus seulement représentatives mais cette fois immersives. Inventer des créations singulières et sensibles à partir de réflexions scientifiques. Créer des interactions collaboratives et fructeuses entre artistes et chercheurs.

 

Corps, mouvements, gravité, équilibre, force, poids… Nous partageons un langage commun avec les sciences. Nous nous appuierons donc sur ces principes pour tenter d’en repousser les limites.

C’est cette vision du cirque de création que nous nous attachons aussi à transmettre. Faire du langage corporel en contact avec l'espace et la matière un passeur du réel, éveiller l’inconscient en le nourrissant d’émotion.

 

Dans son recueil « Pourparlers » Gilles Deleuze écrivait : « Ce qui m’intéresse ce sont les arts, la science et la philosophie... chacune d’entre elle est créatrice... Le véritable objet de la science c’est de créer des fonctions, le véritable objet de l’art c’est de créer des agrégats sensibles et l’objet de la philosophie créer des concepts. »